[Livre] Interviews d’Isabelle Laffont

[Autre] Isabelle Laffont

Pour rappel, Isabelle Laffont est la directrice des éditions J.C. Lattès qui ont publié la trilogie.
Elle répond aux questions du journal Le Parisien.

Rappelez-nous comment vous en êtes venue à éditer Cinquante nuances de Grey ?
Une rumeur courait selon laquelle, aux Etats-Unis, de plus en plus de femmes raffolaient d’une histoire d’amour audacieuse, diffusée chapitre par chapitre, sur le Net.
Là-bas, j’ai un correspondant chargé de sentir les tendances qui me conseillait d’y regarder de plus près.
J’ai fait lire le texte à quelques Françaises : elles ont adoré ! D’autres éditeurs avaient hésité à se lancer, je suis la seule qui ait finalement osé.

Même pas peur ?
L’idée que c’était peut-être risqué m’a effleurée mais, finalement, je n’ai pas honte d’avoir publié cette histoire.
Ma chance, c’est de ne pas avoir d’a priori. Je me suis dit que les gens avaient besoin d’envolées amoureuses, de contes de fées, surtout en période de crise.
Mais j’imaginais au mieux vendre 50 000 exemplaires…

Vous en êtes, pour les trois tomes réunis, à près de 4 millions d’exemplaires vendus… Comment l’expliquez-vous ?
En plus d’une histoire d’amour, il y a l’évolution d’une femme qui prend le pouvoir.
La fragile innocente devient au fil des tomes le personnage fort du couple.
C’est une relation exclusive, jamais malsaine, comme beaucoup de femmes en rêvent.
Et puis, il y a cette once de SM qui titille la libido et permet, qui sait, aux lectrices de libérer leurs fantasmes.
Il y a toujours eu des livres à connotation SM mais, souvent, les relations y sont dures, sans amour vrai.
Enfin, la plupart des jeunes filles d’aujourd’hui ont-elles une si belle première expérience que cela ?
Là, il y a un homme qui sait attendre, la maîtrise des corps, la chance de l’érotisme.

Forte de ce succès, vous recommencez avec Sur tes yeux, de l’Italienne Irène Cao .
Après Cinquante nuances…, quantité de livres du même genre sont sortis. Sauf qu’il n’est pas si facile de marier le « hard » et le charmant.
Jusqu’au jour où j’ai entendu parler d’une trilogie érotique qui, en Italie, s’était vendue à 400 000 exemplaires…
Ça m’a intriguée, je l’ai testée auprès de quelques lectrices, qui ont été conquises.

En quoi Sur tes yeux diffère-t-il de Cinquante nuances… ?
L’héroïne est plus expérimentée, la relation érotique n’est pas exclusive – Elena hésite entre deux hommes –, le cadre est plus européen, plus culturel ; il y a cet itinéraire des sens, du goût, de l’odorat, que je trouve intéressant. Et l’histoire est moins sulfureuse.

Les débuts sont-ils prometteurs ?
Oui. On ne renouvellera sans doute pas le score, tellement exceptionnel, de Cinquante nuances… mais je pense que ce sera un joli succès.

D’autres projets similaires ?
Rien de la sorte. Et quitte à continuer dans ce registre, j’aimerais cette fois que ce soit sous la plume d’un auteur bien français.

~

[Autre] Isabelle Laffont

Une autre interview ensuite pour la radio RTL où Isabelle Laffont parle du montant qu’elle a dû débourser pour acheter les droits de la saga.

« C’était une garantie de 50.000 exemplaires par tome », affirme-t-elle avant de donner le montant que sa maison d’édition a dû débourser pour s’offrir ce manuscrit : 75.000 euros. Au final, le roman d’E.L James s’est vendu à quatre millions d’exemplaires en France. « Il y avait des enchères et je suis arrivée un peu tardivement », raconte Isabelle Laffont.

L’un de ses « renifleurs » lui avait en effet indiqué que le roman érotique faisait beaucoup parler de lui aux États-Unis. « Les droits cinématographiques avaient été cédés, confirme-t-elle. J’ai appelé l’agent qui m’a dit qu’il commençait tout juste les enchères en France. Il a fallu monter un peu ».

Selon l’éditrice, les 75.000 euros ainsi dépensés sont une somme relativement élevée « pour un livre inconnu ». Et de conclure : « L’art de l’éditeur c’est de s’arrêter avant d’aller trop loin dans les enchères ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s