[Auteur] Interview pour Entertainment Weekly

[Equipe] E.L. James

~

Entertainment Weekly nous a dévoilé ces derniers jours les premières photos officielles du couple Christian/Ana.
Ils nous livrent maintenant une interview d’Erika qui ne mâche pas ses mots!

L’auteur E.L. James ne donne pas beaucoup d’interviews ces derniers jours, mais elle a accepté de s’assoir à Beverly Hills avec EW la semaine dernière, dans le cadre de notre couverture sur la version cinématographique du premier livre de sa trilogie, Cinquante nuances de Grey, afin de discuter du casting controversé, de l’intensité des fans, des critiques sur l’histoire de Christian Grey et sur ses espoirs pour le film. Elle s’est avérée aussi directe et crue que ses livres, à commencer par ses sentiments à propos du film.

Entertainment Weekly : Le tournage de l’adaptation cinématographique de Cinquante nuances de Grey est sur le point de commencer à Vancouver. Quel est votre sentiment par rapport à cela?
E.L. James: Je suis terrifiée. Complètement. Je suis terrifiée depuis le moment où j’ai publié le livre. Ma mère était terrifiée par tout, donc je le suis aussi. C’est une façon terrible de grandir. Vous ne vous attendez pas à ce genre de succès. Même maintenant il me surprend. Mon unique ambition pour ces livres étaient de les voir dans les librairies. C’est énorme. Et il y a tous ces fans passionnés, nous nous devons de faire ça bien pour eux.

E.W. : Pensez-vous que les fans vous prendront pour responsable s’ils n’aiment pas le film?
E.L.J. : Mon Dieu, bien sûr qu’ils le feront. Ils me tiennent pour responsable de tout.

E.W. : Lisez-vous tous les commentaires sur internet?
E.L.J. : Non. ça me fait un peu peur. J’ai évité de lire ce qui se dit ces derniers temps pour me préserver.

E.W. : Pourtant, vous vous sentez toujours responsable d’eux.
E.L.J. : Oui. Spécialement parce que je viens moi-même d’un groupe de fans. C’est très bizarre d’en faire partie. Ce que j’aimerais vraiment faire c’est m’assoir dans une petite pièce pour écrire mon prochain livre. Il me manque tellement.

E.W. : Vous êtes en train d’écrire un autre livre?
E.L.J. : J’ai écrit un autre livre.

E.W. : Sera-t-il publié prochainement?
E.L.J. : Je ne sais pas.

E.W. : Il parlera de quoi?
E.L.J. : Je ne vous le dirais pas.

E.W. : Y aura-t-il du sexe dedans?
Non. [Pause] En fait, ce n’est pas vrai, mais c’est très différent de Cinquante nuances.

E.W. : Quand les studios vous ont approché la première fois pour vous acheter les droits de Cinquante nuances, vous n’étiez pas sûre de vouloir le faire, correct?
E.L.J. : C’est vrai. Je ne savais pas si c’était la bonne chose à faire. Et puis je me suis dit: « J’ai 50 ans, quand est-ce que j’aurais une autre chance de faire un film à Hollywood? » ça a été le bon argument: alors allons-y. Voyons comment on va s’amuser.

E.W. : Vous pouviez choisir entre plusieurs studios. Pourquoi Universal?
E.L.J. : J’ai senti que le projet était entre de bonnes mains avec Donna Langley [présidente d’Universal Pictures]. Elle a aimé les livres, elle comprenait le projet et elle sait préparer de merveilleuses tasses de thé. Beaucoup d’entre vous [les américains] ne savent pas préparer un thé.

E.W. : Je suppose que vous vouliez avoir un certain degré de contrôle sur le film?
E.L.J. : Pas tant que ça. Pour moi c’était plutôt de ne pas être en-dehors du projet. J’ai approuvé le script. Je pense que je suis une bonne collaboratrice. Si vous regardez les auteurs Suzanne Collins, Stephenie Meyer et J.K. Rowling, elles étaient impliquées dans le projet. C’est un peu la même chose.

E.W. : Trouvez-vous que vous et l’équipe du film êtes assez d’accord en général?
E.L.J. : Nous avons quelques débats entre nous, et c’est très intéressant. L’ironie de la chose est que mon mari est scénariste et quand il revient d’un rendez-vous où ses producteurs lui ont demandé des changements, je lui dit: « Oh, tu devrais écrire un livre et comme ça, personne ne pourra te dire quoi faire. »

E.W. : Les romans doivent toujours être « coupés » pour les film. Est-ce que c’est dur de supprimer certains éléments?
E.L.J. : C’est un livre très dense et les gens ne s’en rendent pas compte car ils le lisent vite. Donc des choses ont été supprimées mais je comprends totalement pourquoi. Certaines choses servent à l’histoire quand il s’agit d’un livre mais pas à l’écran.

E.W. : Pensez-vous qu’il y a certaines scènes de sexe qui doivent absolument apparaître dans le film?
E.L.J. : Tout le monde a ses scènes favorites.

E.W. : Laquelle est la votre.
E.L.J. : Je ne vous le dirais pas.

E.W. : Que pensez-vous de la scène dans sa chambre avec sa cravate, le bandeau sur les yeux et le vin blanc?
E.L.J. : [Soupirs] C’est la mienne aussi.

E.W. : Est-ce qu’elle y sera?
E.L.J. : Vous verrez bien.

E.W. : Dakota Johnson, qui joue Anastasia Steele, a été castée en premier. Qu’aimez-vous chez elle?
E.L.J. : C’est une vieille âme, mais elle est adorable et a un grand sens de l’humour.

E.W. : Il y a eu énormément de réactions sur internet quand Charlie Hunnam a été casté pour Christian.
E.L.J. : Les réactions étaient très mitigées et j’ai dû rester loin de Twitter pendant deux jours. Je n’étais pas surprise. Les gens détestent le changement. Je savais qu’il y aurait des personnes mécontents du choix que nous avions fait. C’était très intense mais les gens ont fini par accepter.

E.W. : Et après il est parti.
E.L.J. : C’était décevant, mais c’était comme ça. Je lui souhaite le meilleur. Et maintenant nous avons Jamie et il est super. Ce qui est intéressant avec Jamie, c’est que les réactions des fans ont été positives.

E.W. : Saviez-vous qu’on l’appelait « Le torse d’or« ?
E.L.J. : Non, pas avant que ça ait été annoncé. Nous devrions faire un peu de teasing là-dessus. C’est tellement agréable que les gens ne sachent pas qui il était. J’adore ça.

E.W. : Vous vous êtes inspiré de la communauté BDSM pour l’histoire de Christian: comme quoi il s’engage dans cette sexualité car il est blessé. Que pensez-vous de cela?
E.L.J. : C’est fascinant. Christian a évolué sous mes yeux. Parmi les trois ou quatre personnes que je connais et qui font ce genre de chose, l’une d’entre elle a un passé très très noir. Vraiment noir. Mais je conçois totalement que les gens ne soient pas obligés d’avoir eu une enfance détruite pour apprécier une bonne p***** de fessée.

E.W. : Sam Taylor-Johnson, qui est une femme, réalise le film. Etait-ce important pour vous que ce soit une femme qui le réalise?
E.L.J. : C’est une question intéressante. C’est le hasard qui a fait que ce soit une femme. C’est un livre pour les femmes. Je l’ai écrit pour moi. Je pense que c’est bien qu’une femme ait fait le scénario, qu’une femme soit à la tête des studios et que le réalisateur soit une femme. C’est assez rare dans cette ville, de ce que j’ai pu voir.

E.W. : L’approche de Sam était-elle différente de celle des réalisateurs hommes que vous avez rencontré?
Je ne pense pas. Elle m’a aussi dit qu’elle avait ses quatre enfants et qu’elle voulait s’éloigner de son côté « mère au foyer ». Et je comprends totalement ça. Je lui ai dit « Ouaip, je vois complètement où vous voulez en venir. »

E.W. : Il y a maintenant un grand empire autour de Cinquante nuances de Grey: vin, bijoux, lingerie, sex toys.
E.L.J. : Je voulais juste faire quelques mugs et t-shirts, c’est tout. J’ai été trainée contre mon gré dans le merchandising. Mais tout ce que nous faisons, je l’apprécie et j’y crois.

E.W. : Il y a beaucoup de choses à suivre en même temps. Comment ressentez-vous tout cela?
E.L.J. : J’atteins mes limites, très franchement. Cela fait deux ans que je suis là-dedans maintenant. Quand vous commencez à promouvoir votre travail, vous ne savez pas comment vous allez gérer ça. J’aurais pu être une grosse conne – tout le monde voulait m’interviewer. Mais ça ne m’intéressait pas, de passer à la télé, tout ça. J’ai donc essayé de me replier. Parce que franchement, je suis timide, beaucoup de gens ne le croit pas. Et ma famille me manque énormément… et mon chien. Depuis les trois derniers mois, j’ai été à la maison pendant deux semaines.

E.W. : Vous vous amusez quand même avec le film?
E.L.J. : Je suis toujours en train de me dire: « OMG, ça va réellement se produire! ». Aujourd’hui encore je dois me pincer.

~

Source.

4 réflexions sur “[Auteur] Interview pour Entertainment Weekly

  1. Pingback: [Film] Dana Brunetti en interview pour Collider | Cinquante Nuances

  2. Pingback: [Film] Interview de Dakota Johnson pour Entertainment Weekly | Cinquante Nuances

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s